Shortcoms

CHASSEURS DE TETES

Une Shortcom de MATHIEU GENEST & VINCENT HAZARD

Avec LILOU FOGLI - MOURAD BOUDAOUD - PASCAL VINCENT

Tout le monde veut un meilleur job, tout le monde veut être mieux payé. Pour cela, tout le monde passe par l’étape de l’entretien d’embauche.

 « Chasseurs de têtes » nous plonge dans le quotidien de trois recruteurs qui voient défiler tout ce que la France compte de forces vives… ou presque.

 « Chasseurs de têtes » c’est un peu la cour des miracles de la recherche d’emploi. Léon, Barbara et Jean-Farid proposent des offres plus ou moins farfelues à des candidats tout aussi disparates. Au mieux ils sont originaux, au pire carrément à la masse !!!

QUI CONDUIT ?

Ecrit par CHLOE DEVICQ

Réalisé par AMBARISH MANEPALI

Production: SCREEN ADDICT / Mathilde LECLERE

Avec: NICOLAS LORMEAU - LUC TREMBLAIS - CLAUDINE VINCENT - LAURENT MAUREL - GREGOIRE MONTANA - FANNY OUTEIRO - YANN PRADAL - PHILIPPE REBBOT   SERGE RIDOUX - DEBORAH GRALL - GREGOIRE BAUJAT - VINCENT BRAMOULLE  SOPHIE BREAM VASCO - JEAN CHARLES CLICHET - KARL EBERHAD - ANOUK FERAL  

Une voiture. Des occupants. Il faut partir mais un problème, un quiproquo, un lapsus, un lapin, un vernis à ongle mal posé empêche le départ. Alors…qui conduit ?

CHACUN SA CUISINE

Une Short Com écrite par CHLOE DEVICQ

Réalisée par AMBARISH MANEPALLI

Avec: Sophie Braem Vasco - Vincent Bramouillé - Augustin De Monts - Anouk Feral - Julie Guio - Bastien Guio - Grégoire Montana - Laurent Montel - Fanny Ouiteiro - Hadrien Peters - Loic Riewer - Marianne Soumoy - Jiao Wang - Nathan Ducoudré

 

« Chacun sa cuisine » est une série où l’on voit vivre et évoluer quatre famille différentes dans une seule et unique pièce de leur foyer : la cuisine. Ces familles sont à la fois très caractérisées et différentes : Les « Charlenri », famille bourgeoise attachée aux valeurs et aux traditions, les « Tribio », deux jeunes parents bio et bobos qui font la guerre à l’hyperconsommation et aux OGM, les « Colloc », quatre jeunes colocataires à très très fortes personnalités et enfin la famille « Canardo », où la précarité et les fins de mois difficiles ne parviennent même pas à casser l’ambiance.